Articles

POINT DE VUE. Un appel pour abolir les armes atomiques

Paru dans Ouest-France :

Modifié le 29/12/2017 à 10:57 | Publié le 27/12/2017 à 08:13

  • Un missile intercontinental nord-coréen. | Archives Reuters

Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire.

Par un collectif créé à l’appel de l’association Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN).

Les bombes atomiques, 70 000 à l’apogée de la Guerre froide, 15 000 aujourd’hui, peuvent provoquer la guerre, en Corée par exemple, et anéantir l’humanité. Un espoir cependant : le prix Nobel de la Paix couronne la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires (Ican) et son action en faveur du Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (Tian), traité que 122 États de l’Onu ont voté le 7 juillet 2017.

Voulu pour abolir les armes nucléaires, ce traité est à la fois nécessaire et insuffisant. Nécessaire, car il fallait les interdire comme les armes biologiques et chimiques, les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions qui frappent indistinctement civils et militaires, commettant des crimes contre l’humanité.

Ce traité est insuffisant. Il entrera en vigueur quand cinquante États l’auront ratifié. Mais il n’engagera qu’eux. Aucun des neuf États dotés d’armes nucléaires n’a annoncé son intention de le signer. Pour les États nucléaires, deux procédures d’adhésion sont prévues : avant ou après avoir désarmé. Mais rien n’est prévu pour un désarmement multilatéral, seul moyen, pour des États qui croient à l’efficacité dissuasive des armes, d’accepter de les éliminer.

Il interdit « à jamais » les armes nucléaires sous tous leurs aspects : possession, fabrication, acquisition, hébergement, transfert, menace d’emploi, emploi « en toutes circonstances »… Mais il autorise un État à s’affranchir de ces interdictions un an après avoir invoqué des circonstances « extraordinaires » qui, soit existent déjà, soit peuvent se présenter à tout moment. Il admet donc les « politiques de dissuasion » qu’il condamne par ailleurs.

« Créer un mouvement citoyen »

Il souligne que l’emploi d’armes nucléaires serait catastrophique, mais néglige de rappeler que, selon une résolution de l’Onu du 24 novembre 1961, ce serait un crime contre l’humanité – rappel qui aurait fait de leur interdiction une norme impérative du droit international.

Enfin, il outrepasse son objet lorsqu’il affirme, comme le TNP (Traité de non-prolifération des armes nucléaires), un « droit inaliénable de tous les États parties de développer la recherche, la production et l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques », « droit » que le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (Tian) n’avait pas à interdire, mais pas non plus à proclamer.

Il n’existe aucun droit de contaminer la planète, même pacifiquement. En outre, les centrales, stocks et transports de matières nucléaires sont autant de « bombes sales » à la merci d’attentats ou d’accidents.

Continuant à moderniser ses armes pour quatre et bientôt six milliards par an, la France ne signera pas ce traité. Mais elle est tenue par le traité de non-prolifération des armes nucléaires de négocier avec les autres États l’élimination planifiée de leurs armes, sous un contrôle strict. Et mutuel. Elle doit donc s’engager sans délai pour un traité d’abolition à deux volets : l’interdiction universelle, et l’élimination totale, définitive et contrôlée des armes nucléaires.

Car il ne suffit pas d’interdire les armes nucléaires, il faut les abolir. Seul un vaste mouvement citoyen se fixant clairement cet objectif pourra y parvenir. Nous appelons à le créer.

Le collectif des signataires :

Jean-Marie Matagne, président d’ACDN ; Patrick Viveret, philosophe ; Bruno Boussagol, metteur en scène ; Françoise Boman, médecin chercheur ; Stéphane Lhomme, directeur de l’Observatoire du nucléaire ; Jean-Jacques Delfour, philosophe ; Pierre Peguin, docteur ès-sciences ; Kolin Kobayashi, journaliste indépendant ; Chantal Bourry, écrivaine ; Jacques Terracher, officier mécanicien navigant

 

Appel à l’arrêt du nucléaire maintenant, ici et partout, Atomes crochus n°5, janvier 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre collective au maire et aux conseillers municipaux (de refus de Linky), Atomes crochus n°5, janvier 2017


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tchernobyl, trente ans après…, Biocontact, septembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Linky, un mauvais compte pour la santé, Biocontact, juin 2016

 

 

 

 

 

 

 

Un pouvoir qui matraque la jeunesse est faible et méprisable (cosignature), Libération, 21 avril 2016

 

 

 

 

 

Jeûne-action international pour un traité d’interdiction des armes nucléaires – Vécu du 7 au 9 août 2015 par un médecin à Paris, Médecine et Guerre Nucléaire (MGN), août 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au printemps, les fleurs empoisonnées de Fukushima, Atomes crochus n°2, été 2013